Kelbet » POKER EN LIGNE » Comment déjouer les pièges des freerolls ?

Comment déjouer les pièges des freerolls ?

4/5 - 1 vote

Dotés jusqu’à plusieurs milliers d’euros, les freerolls séduisent de nombreux joueurs de poker. Leur gratuité explique leur attrait, mais elle n’est pas sans revers. Panorama des pièges que cachent ces tournois.

SOMMAIRE

Petits avantages…
… pour gros inconvénients !
Le conseil de la rédaction
- Related posts:

Petits avantages…

Sur le principe, les freerolls attirent les joueurs par leur gratuité. Généralement, la participation ne nécessite qu’un dépôt minime, parfois même aucun : c’est donc l’occasion de s’adonner sans frais au poker, ou encore de tester un logiciel.

Mais le principal attrait d’un freeroll est l’absence de risques : vous jouez des jetons que vous avez obtenu gratuitement et vous ne ressentez pas l’appréhension de perdre réellement. Les tournois de poker gratuits permettent ainsi aux nouveaux joueurs de s’essayer à ce format.

En général, vous pouvez gagner des tickets pour participer gratuitement à des tournois payants et bien dotés. Cependant, les places payées de certains consistent directement en argent, ce qui permet de renforcer sans frais sa bankroll.

Attention aussi à ne pas confondre prizepool affiché et gains du vainqueur : les rooms vont certes mettre en avant 1 000 ou 2 000€ offerts, mais cette somme sera partagée entre les places payées et et vainqueur ne recevra qu’autour de 100 ou 200€.

Maigres gains après un freeroll

… pour gros inconvénients !

Le revers de la gratuité de ces tournois est la vraie jungle qu’ils constituent :

  • jeu hyper-agressif : certains jouent à fond la logique selon laquelle ils n’ont rien à perdre et font tapis très tôt. Les joueurs serrés ou timides peuvent vite se sentir débordés, faire tapis sur un coup de tête pour enfin jouer une main, et perdre.
  • inutiles pour apprendre le poker : la gratuité affecte le comportement de certains participants, les conduisant à adopter des stratégies qui seraient jugées folles dans la réalité.
  • défavorables aux bons joueurs : les stratégies applicables lorsque l’on joue pour de l’argent n’ont plus cours et la part de hasard prend le dessus.

Les débutants peuvent ainsi croire que c’est la chance, et non la stratégie, qui est essentielle dans ce jeu. Comme ils ont profité d’une offre comme celle associée au code promo du PMU pour recevoir un bonus, leur bankroll est encore bien fournie et ils ne réalisent pas que cette croyance les rendra perdants à long terme.

En outre, on peut considérer qu’ils sont trop longs par rapport aux gains. La gratuité ne manque pas d’attirer des centaines voire des milliers de joueurs, ce qui rend les plus gros interminables. La faible somme à la clef, conséquence de l’absence de buy-in, ne vaut sans doute pas tout le stress et la fatigue ressentis pendant des heures…

Freerolls sur Winamax

Le conseil de la rédaction

  • Si vous avez des tickets pour des tournois de poker gratuits, par exemple ceux obtenus lors de votre inscription, tentez votre chance et utilisez-les.
  • Si vous voulez progresser au poker et gagner de l’argent, ne perdez pas votre temps et inscrivez-vous à d’autres tournois.

Un buy-in de quelques euros suffit à changer la donne psychologique et à limiter les mises irrationnelles. Un tournoi à la fois bien doté et avec un buy-in peu élevé, à l’image du Sunday Surprise Winamax, nous paraît un meilleur terrain de jeu. Vous jouerez alors réellement au poker, et les places payées seront plus intéressantes.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Share Button
Camille Carre

Auteur:

Une réflexion au sujet de « Comment déjouer les pièges des freerolls ? »

  1. lajoye dit :

    Ce que ne dit pas ou ne veut pas dire les enquêtes sur la triche au poker, est que le principal auteur, c’est le site lui même, j’ai étais inscrit sur PARTOUCHE (coulé) et encore maintenant sur WYNAMAX, PKR, POKERSTARS et depuis quelques jours PMU.poker, le logiciel de jeu est le même pour tous (il n’y à pas des tonnes de concepteurs de jeux). Les logiciels sont vérolés avec des joueurs fictif (joueurs ORDINATEUR). Ces joueurs patrouillent sur les tables, font la récolte pour le site, c’est trop flagrant la magouille sur la donne des cartes, la fréquence (80 à 95 %) de bad-beats irréel, sans compter les joueurs en réunion. Je joue depuis plus de 10 ans, donc avant légalisation des jeux en ligne, ont pouvaient jouer contre des joueurs réel + joueurs ordinateur qui complétaient les tables. L’aspect du jeu n’était pas du tous le même. L’ARJEL peut pas, ne veut pas?? ou n’a pas les moyens de contrôler les logiciels vérolés.

Laisser un commentaire