Kelbet » Blog » Forex ou poker, ou le hasard contre la stratégie

Forex ou poker, ou le hasard contre la stratégie

4/5 - 1 vote

Jouer au forex ou pratiquer le poker ?Certains de nos lecteurs se posent parfois la question : quel jeu d’argent choisir ?

Le turf rebute les néophytes car il demande une longue expertise, tandis que les paris sportifs sont plus souvent pratiqués pour le plaisir que pour leur caractère lucratif. Reste l’alternative suivante  :

  • le poker, où il est possible de gagner de l’argent à condition de suivre les bons conseils sur des rooms légales.
  • le forex, dont les sites illégaux promettent bien souvent des revenus très importants en quelques heures.

En dépit de points communs, le poker en ligne demeure régulé et reste, à choisir, un choix bien plus judicieux. A l’inverse, les sites de forex, du fait de non régulation du secteur, restent à déconseiller. Nous proposons ci-après une comparaison conceptuelle entre les paris sur la bourse et les mises au poker.

SOMMAIRE

Les dénominateurs communs
Les particularités du forex

Les dénominateurs communs

Parier sur la Bourse et jouer au cartes autour d’un tapis vert, voilà bien deux activités n’ayant a priori rien de commun. Pourtant, il est intéressant de remarquer qu’elles font appel à des qualités proches :

  • la gestion des émotions et la maîtrise de soi : que ce soit pour bluffer, faire face aux pertes ou respecter une stratégie, il s’agit d’atouts considérables.
  • l’analyse : au poker, vous analyserez finement les adversaires, tandis qu’au forex, ce seront les marchés. Sans prendre le temps pour cela, l’échec est quasi-assuré !
  • le calcul des risques : dans un cas, vous calculerez votre cote pour savoir s’il faut vous engager dans un pot afin d’être gagnant à long terme ; dans un autre, vous évaluerez les risques de vos positions, en particulier en vous fixant des limites de pertes.
  • être stratège : ce sera l’une des clés pour réussir. Au poker, il existe de nombreuses stratégies pour amasser des jetons : voler les blinds, le continuation-bet… Au forex, il s’agit principalement de gérer ses temps de position.

En outre, savoir bien gérer son budget sera de grande importance :

  • Au poker, où l’on parle de « bankroll », vous devrez savoir vous fixer des limites et ne pas jouer au-dessus de vos moyens (par exemple, ne payer des buy-in correspondant à plus de 5% de sa bankroll en sit and go).
  • Au forex, vous devrez surtout évaluer les pertes maximum d’argent envisageables sur vos positions sans pour autant faire fondre votre budget comme neige au soleil. On parlera alors de « money management ». La notion de risque acceptable jouera ici un grand rôle. Le plus difficile sera de vous y tenir pour protéger votre capital.

Enfin, le débutant doit savoir faire preuve de lucidité afin de ne pas (trop) s’illusionner. Les bonus et les promesses ne doivent pas faire oublier une chose : près de 90% des joueurs perdent plus d’argent qu’ils n’en gagnent à long terme dans les deux cas. Par ailleurs, devenir un bon joueur gagnant prend du temps, souvent de l’ordre de 2 ou 3 ans de pratique régulière.

Ceci ne doit pas nécessairement vous dissuader de vous y frotter, mais plutôt vous inciter à attendre autre chose de ces pratiques que de seuls gains :

  • du plaisir pris à jouer
  • l’envie de découvrir un univers
  • le partage au sein de communautés

Les particularités du forex

Le hasard prime généralement sur l’analyse

Tout d’abord, même si une part de hasard existe au poker, il demeure relativement aisé de l’estomper, du moins en partie. En revanche, le forex consiste à prendre des positions sur l’évolution des devises qui peuvent être courtes et à propos de fluctuations infimes.

Aussi, même si vous analysez une tendance à la hausse d’une valeur peu volatile (ne variant que très peu), il se peut que sur une ou deux heures de position, il y ait une variation à la baisse. A moins d’être un trader expert, un tel pari relèvera presque de pile ou face… Le tout étant d’équilibrer les différentes positions pour que globalement, les gains restent supérieurs au pertes. Seul un nombre infime de particuliers y parvient…

Jouer avec de l’argent virtuel ?

Si vous souhaitez vous lancer dans le poker, nous vous déconseillons de jouer pour de l’argent virtuel, sauf si vous débutez totalement et souhaitez simplement assimiler les règles. En effet, les adversaires misent n’importe comment et livrent le jeu au hasard et à la fureur. Le « vrai » poker se jouera donc avec de l’argent réel, fut-ce à de petites limites.

En revanche, jouer 6 mois en « play money » au forex semble être une étape indispensable pour bien cerner le comportement des différents marchés, assimiler un nouveau vocabulaire et tester différentes stratégies.

Une fois qu’ils commencent à être gagnants, certains envisagent de passer à l’argent réel. En effet, ils se sont en théorie exercés sur exactement les mêmes marchés. La pratique est cependant tout autre : les émotions sont plus difficiles à gérer et l’illusion de savoir trader venant de gains en play money peut rapidement tourner à la banqueroute. Nous recommandons à nos lecteurs de ne pas franchir le pas.

Si toutefois vous le franchissez, vérifiez que vous vous êtes entraîné sur des temps de position et des types de mises équivalents à ceux proposés en argent réel. En effet, certains sites sans scrupules facilitent les gains en play money (temps de position proposés favorables, actifs moins volatiles…) et livrent à eux-mêmes les apprentis traders dès qu’ils misent leurs économies. Et de manière générale, la plupart des internautes n’y sont pas préparés. En somme, mieux vaut laisser la Bourse aux professionnels et préserver son pécule.

Un modèle économique différent

Quelques bases sur la rémunération des sites vous aideront à comprendre leur philosophie profonde.

Les rooms de poker se payent en prélevant des commissions appelées rake sur les parties :

  • en cash game, une somme définie en fonction des limites et de la taille des pots
  • en tournoi ou en sit and go, un pourcentage des droits d’entrée ou buy-in

En conséquent, elles restent comme neutres vis-à-vis des pertes et des gains des joueurs.

Un site de forex, en revanche, prélève des commissions sur les gains des « traders ». Il a donc un certain intérêt à former les meilleurs, si possible ceux misant le plus d’argent. Cela explique pourquoi des séances de formation sont généralement proposées par les brokers de forex. Mais on peut se demander si elles ne servent pas simplement à donner l’illusion aux personnes de « devenir des pros » et jouer plus d’argent.

Attention également aux sites d’options binaires, jeu souvent proposé par ailleurs par les brokers, qui se rémunèrent de manière différente : 90% de leurs gains consistent tout simplement en l’argent perdu par les joueurs, à la manière d’un bookmaker traditionnel. L’esprit est ainsi le suivant : mieux vaut des joueurs misant beaucoup et mal.

Cela explique fondamentalement pourquoi, à défaut d’une régulation, les options binaires sont souvent considérées comme des arnaques (promesses d’argent facile, incitation à déposer beaucoup d’argent, paris sur la Bourse très défavorables aux joueurs – qui ne le réalisent pas faute de bien connaître les marchés financiers, …). A défaut d’une autorité régulatrice prenant en main le marché, comment s’assurer qu’il ne s’agisse pas réellement d’arnaques ?

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Share Button

Laisser un commentaire