Kelbet » PARIS SPORTIFS » Gagner ses paris sur la Coupe du Monde 2014

Gagner ses paris sur la Coupe du Monde 2014

3/5 - 18 votes

Miser sur les matchs de la Coupe du Monde, c’est ajouter à la fête que constitue l’événement l’adrénaline du jeu. Mais comment mieux miser sur le Mondial 2014 ? Comment éviter de faire partie des nombreux parieurs qui y laisseront leur pécule entre le 12 juin et le 13 juillet ?

Les conseils de nos experts des paris sportifs vous sont dévoilés dans cet article.

Stade Maracana de RioSOMMAIRE

L’analyse, votre arme n°1
Détecter les valuebets
Martingale pour le Mondial 2014
Surebets : gagner systématiquement ?
- Related posts:

L’analyse, votre arme n°1

Durant une Coupe du Monde, il est facile de se laisser entraîner par l’ambiance festive, les supporters autour de soi et l’envie de voir gagner son ou ses équipe(s) de coeur. Pourtant :

  • parier uniquement selon son humeur ne permet pas de remporter ses enjeux, à moins d’un heureux hasard
  • si vous comptez non seulement profiter des matchs, mais encore remporter de jolies sommes, ce sont surtout votre analyse et votre impartialité qui feront la différence

Nous vous soumettions dans un précédent article la liste des critères à prendre en compte pour mener une analyse technique en général. Ici, en voici quelques-uns plus propres à la Coupe du Monde 2014 :

  • Matchs amicaux précédents, symptômes d’une plus ou moins grande préparation
  • HFA (Home Field Advantage) : près d’un mondial sur 3 a été remporté par le pays hôte, même si la chose semble moins vraie sur les 30 dernières années
  • Classement FIFA : décisif dans l’établissement des poules, il permet d’éviter d’emblée les grosses affiches entre vainqueurs potentiels et favorise les différences de niveau au sein des groupes.
  •  Joueurs : par principe, ceux qui ont fait une excellente saison en Ligue des Campions sont favorisés dans la sélection pour la Coupe du Monde ; mais la fatigue peut s’accumuler…

Détecter les valuebets

Un valuebet est un pari avantageux dans la mesure où le bookmaker lui a attribué une cote bien plus élevée qu’une analyse fine l’aurait incité à mettre. Sa détection découle du point précédent et de vos qualités de pronostiqueur.

Les bookmakers ne prennent pas toujours suffisamment en compte certaines variables pour déterminer leurs cotes. Pour la Coupe du Monde 2014, certains ne semblent pas considérer les suivants :

  • Déplacements : le Brésil est un territoire immense et les finalistes auront probablement cumulé, au total, l’équivalent d’un demi-tour du monde en déplacements. Le choix des camps de bases sera alors crucial : le France – Suisse du 20 juin nécessitera un déplacement de 1 300 km pour les Bleus, contre 390 pour les Suisses…
  • Climat : on sait que celui-ci a obligé un réaménagement du calendrier pour le Mondial prochain au Qatar. Le Brésil possède des climats assez différents en fonction des lieux et durant cet hiver austral, l’amplitude thermique entre le jour et la nuit reste considérable. En outre, l’humidité de l’air frôle les 80%. Certains en souffriront plus que d’autres…
  • Temps de récupération : certaines équipes bénéficieront d’un jour de plus face à leur adversaire, ce qui n’est pas négligeable au vu de l’intensité des efforts et des facteurs précédents.

Si vous êtes attentif à ces points et aux cotes, peut-être saurez-vous déceler ces valuebets qui vous permettront d’encaisser de meilleurs gains. Vous pourrez les repérer notamment en surveillant de près les cotes sur les paris sur le nombre de buts.

Stades Coupe du Monde 2014

Stades de la Coupe du Monde 2014

Martingale pour le Mondial 2014

Une martingale est une stratégie de pari qui consiste à doubler à chaque fois sa mise jusqu’à l’encaissement d’un gain. Il existe 2 techniques principales pour les martingales aux paris sportifs :

  • Parier sur des équipes ayant une cote supérieure ou égale à 2
  • Faire des enjeux sur des issues équiprobables, c’est-à-dire sur des matchs incertains où la victoire de chaque équipe a une cote de 2 ou plus.

Pendant la Coupe du Monde, il est facile d’employer l’une ou l’autre de ces techniques (du moins avant la phase finale concernant la seconde). Cependant, elles restent sans valeur :

  • Votre bénéfice final sera toujours égal à la mise initiale ; en essayant de mieux pronostiquer, vous pourriez aisément remporter plus.
  • Cette technique nécessite rapidement un gros budget. Par exemple, après 5 paris, elle vous aura coûté 1€ + 2€ + 4€ + 8€ + 16€ = 31€ pour à peu près 1€ de bénéfice selon la dernière cote.
  • Le principe est faussé par une 3ème possibilité : le match nul, concevable en particulier durant les poules (nous expliquons pourquoi dans l’article du lien précédent).

Surebets : gagner systématiquement ?

Un surebet est par définition un pari que vous êtes certain de remporter. Il nécessite d’être inscrit chez au moins 2 bookmakers. Le principe est le suivant : vous pariez sur les cotes de toutes les issues possibles d’une rencontre pour autant que

1/cote a + 1/cote b < 1

Ensuite, vous calculez combien miser pour remporte une somme donnée (ex : 50€).

Outre le fait que l’opération implique des calculs pénibles, le rendement reste assez faible, et n’intéresse que les parieurs passionnés misant beaucoup d’argent et souvent.

Surtout, la régulation des paris en ligne en France rend la chose impossible. En effet, les vrais écarts de cotes entre bookmakers à l’étranger s’expliquent par le fait que le betting exchange y soit légal. Les cotes dépendent alors non pas d’un calcul des opérateurs mais des mises des autres parieurs (un peu comme le pari mutuel au PMU). D’un site à l’autre, elles peuvent alors être vraiment différentes.

En revanche, en France, elles résultent toujours des décisions rationnelles des bookmakers. Au final, les différences sont si faibles que les surebets sont impossibles, durant la Coupe du Monde comme pendant tout le reste de l’année et sur tous les sports.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Share Button

Laisser un commentaire