Kelbet » POKER EN LIGNE » Poker : La guerre des bonus peut vous profiter

Poker : La guerre des bonus peut vous profiter

3/5 - 18 votes

Attention: Les sites mentionnés dans cet ancien article n’ont pas de licence en France. Nous vous invitons à consulter notre liste de sites de poker légaux en France. L’article ci-dessous est destiné aux francophones de résidant pas en France.

La concurrence entre les sites de poker en Europe fait rage et la guerre des bonus fait rage pour attirer les joueurs de poker.
Via un communiqué, PartyGaming, éditeur du site PartyPoker, a décidé de ne pas rentrer dans la surenchère avec ses concurrents les plus importants que sont PokerStars et Winamax.
La société, côtée à la bourse de Londres, explique que la concurrence, notamment des sites acceptant les joueurs US (autrement dit PokerStars), premier vivier mondial de joueurs de poker.

Comme la plupart des sites de poker tels que ParadisePoker (groupe Sportingbet) ou PacificPoker (groupe 888), PartyGaming a dû se retirer du marché américain en 2006 et tirer une croix sur les trois quarts de son activité.
Plusieurs opérateurs de poker privés, ont quand à eux partagé le gâteau américain représentant probablement près de la moitié du marché mondial du poker. Ces derniers, PokerStars en tête, n’ont pas d’opérations ou de capitaux sur le territoire US et se font discrets face aux autorités locales.

Ainsi leur taille « américaine » leur permet de se lancer dans une guerre des prix très agressive (voir le code de bonus Pokerstars de $600) visant à acquérir les parts de marché en Europe, en pleine croissance.

Plus les sites de poker ont de joueurs plus ils peuvent proposer de tournois et rentabiliser leurs joueurs, et ainsi attirer les plus gros joueurs de poker : 10% d’entre eux génèrent les trois quart des revenus des sites de poker en ligne.


Source : Guardian (en anglais)

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Share Button

Auteur:
kelbet

Laisser un commentaire