Kelbet » POKER EN LIGNE » Poker : Partage d’expérience d’un débutant

Poker : Partage d’expérience d’un débutant

3/5 - 18 votes

Voici le témoignage d’un débutant au poker, Marc, qui nous a gracieusement rédigé le récit de son expérience. Si vous souhaitez nous faire partager votre expérience et expertise au poker n’hésitez pas à nous écrire.

« Après un mois passé à jouer au poker en ligne une dizaine d’heures par semaine, j’ai identifié plusieurs phases de progrès. Joueurs expérimentés, dites-moi à la fin de l’article si votre vécu est similaire. Joueurs débutants, j’espère que vous pourrez tirer quelques enseignements de cette expérience.

Avant de me lancer, j’ai d’abord googlé les règles de poker Texas Hold’em, la variante du poker la plus populaire et la plus pratiquée aujourd’hui.

Phase 1 : Découverte : petits profits et grosses pertes

S’initier seul sur un site de poker prend quelques minutes. Après avoir téléchargé le logiciel et réalisé mon 1er dépôt, j’ai visité les différentes salles et me suit rapidement attardé sur quelques tables en pleine action.

J’ai identifié trois types de jeu :

A- Les tables gratuites (freeroll)
Quelques sites proposent des parties de poker gratuit sans aucun frais d’entrée. Idéal pour faire ses premières mains, ce mode montre rapidement ses limites car les comportements des joueurs ne sont pas les mêmes qu’avec de réelles mises d’argent. Le mieux est de profiter d’une offre d’argent gratuit au poker qui vous permettra de payer des frais d’entrée de tournoi sur le compte de la salle de poker.

B- Les tables cash game à faible blind
Entre deux tournois en attente le temps d’un break, ou sérieusement sur plusieurs heures, vous pouvez vous installer et repartir à tout moment de ces tables, en payant le prix du big blind dès votre entrée si vous êtes impatient. Avec des blinds aussi bas que $0,10 ou $0,50, le prix relatif à payer pour découvrir le flop est faible, surtout si vous êtes en No Limit. Attention j’ai vite fait perdu plus de $15 en quelques minutes de jeu, pas ma tasse de thé.

C- Les tournois sit&go non-programmé, c’est à dire lancé dès que le nombre de participants est atteint. Les tournois réguliers de ce type pullulent sur tous les sites de poker. Les frais d’entrée les plus bas sont de $1 à $10 suivant les sites. Ces tournois comptent entre dix (une table) et maximum quelques centaines de joueurs.
Les frais d’entrée sont collectés par le site de poker qui les redistribue aux vainqueurs, ou aux 3, 5, voire 20 derniers joueurs en lice. Le site de poker prend généralement une commission sur la redistribution des gains. Ainsi, en misant $2 de frais d’entrée, on peut jouer pendant un bon moment dans un tournoi et, en étant chanceux et efficace, empocher par exemple $100. Attractif mais chronophage.

Malgré tous les conseils possibles pour jouer au poker, il me faudra faire ma propre expérience. Et, à moins que je sois un surdoué, cela me coûtera de l’argent, inévitablement.

A mes débuts, j’ai ainsi  réalisé de multiples petits profits en découvrant les joies du bluff réussi. Malheureusement, à imaginer que les autres joueurs de poker bluffent autant on perd quelques mains avec des pots plus importants que ceux des petites mains précédemment accumulées.

Phase 2 : Conseils et apprentissage : ça marche !

Après avoir perdu la totalité de son premier dépôt, soit on se résigne, soit on re-dépose immédiatement avec le risque de toute reperdre dans la foulée.

J’ai choisi la première solution, jusqu’à ce que Nick, joueur de poker expérimenté, me montre sa façon de jouer et me justifie ses choix : Pourquoi se coucher maintenant avec un AS NEUF de couleur différente ? Pourquoi ne pas miser le petit blind peu coûteux pour voir le flop ? Faut-il cacher une bonne paire de DIX ?
Et hop, le druide Panomarix vous a donné la potion magique et dès l’occasion vous testez vos nouvelles méthodes en re-déposant sur le site.
Ca marche ! Votre patience et l’application scrupuleuse des méthodes discutées vous apportent quelques gains réguliers. Vous arrivez même à faire partie des cinq derniers joueurs du tournoi où 45 autres joueurs ont mordu la poussière avant vous.

Du coup vous, vous déculpabilisez car vous arrivez presque à vous refaire des premiers échecs. Et juste avant de vous endormir à 2 heures du matin (vous avez joué 4 heures d’affilé après le dîner) vous vous dites « Demain je m’attaque à plus gros ».

Phase 3 : Impatience et addiction : besoin de discipline

Tout va bien, jusqu’à ce que la roue tourne. Vous obtenez une couleur que vous attendiez sur la dernière carte du River, votre adversaire monte la mise, vous faites tapis car il n’a pas pu deviner votre couleur. Il suit et vous sort un full.
Après un peu plus d’une heure de jeu, vous êtes éliminé du tournoi de 100 joueurs où vous aviez réussi à finir sur la dernière table. Vous êtes bon 9ème et repartez frustré.

Une heure de jeu pour ça ! Vous ne réfléchissez pas vous vous réinscrivez dans un tournoi alors que vous n’êtes pas sûr d’être en mesure de le terminer : dans une heure il faut aller chercher les enfants, ou il faut aller à l’entraînement, ou d’ici une heure elle sera rentrée à la maison et elle vous sermonnera que vous passez trop de temps à jouer au poker. Et un petit mensonge sort de votre bouche « ah non je viens de commencer », pendant que vos yeux sont fixés sur le PC et s’écarquillent devant une prometteuse paire de 9 tombée dans votre main alors que vous avez le big blind.
Un adversaire monte l’enchère avant vous, vous la remontez, il fait tapis, vous cédez et faites tapis, tout le monde sait autour de la table que l’un de vous a un paire de 10 ou mieux, sauf vous. La paire de Rois de votre adversaire tombe, nouvelle déception.
Ah non, vous êtes chanceux finalement car un Dix apparaît dans la rivière. « Le Poker c’est génial ». Vous êtes sauvé et vous démarrez fort le tournoi. Vous venez de gagner à la roulette et vous ne vous en rendez pas compte. Rien de mieux pour perdre le sens des réalités. L’addiction du poker fait son effet.
Vous n’appliquez plus les méthodes précédemment employées, la prise de risque devient une drogue, les bonnes mains semblent vous échapper, vous perdez encore, l’impatience et la frustration monte, vous multipliez les tapis, et vous perdez encore plus vite.

La leçon de poker est claire. En étant discipliné et rigoureux, on gagne sur le long terme. Mais la boulimie du gain nous prive de cette discipline et le cercle vertueux des pertes au poker nous happe. Vous êtes un bon amateur. Vouloir gagner plus et plus vite, c’est vouloir devenir un professionnel. Ce n’est pas donné à tout le monde et des adversaires bien plus impliqués (les « vrais » pros du poker) ne feront qu’une bouchée de vous si vous insistez trop. »

Cet article n’a aucun rapport avec votre vécu et votre analyse du poker en ligne? Faites-nous part de votre expérience.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Share Button

Auteur:
kelbet

Laisser un commentaire