Kelbet » Risques d’addiction et de dépendance aux jeux d’argent

Risques d’addiction et de dépendance aux jeux d’argent

Les jeux d’argent constituent un divertissement qui, comme d’autres produits de consommation à risques, entraînent parfois une addiction ou une dépendance pouvant porter de graves préjudices au joueur et à son entourage.

Ne vous croyez pas dispensé, cela n’arrive pas qu’aux autres. Quelques chiffres en guise d’introduction :

  • 1 français sur 2 déclare pratiquer les jeux d’argent (loto, paris, casino…) ; autour de 2% des adultes auraient un problème avec le jeu, soit plus de 600 000  personnes
  • 2 millions de citoyens américains sont déclarés dépendants aux jeux d’argent ; 20 millions voient clairement leur vie professionnelle et sociale compromise par ceux-ci
  • 80% des « addicts » font au moins une rechute
  • une étude de l’Office Français des Drogues et des Toxicomanies montre que la version d’un jeu d’argent en ligne est plus addictive qu’en « dur » (17% de cas « problématiques », contre 1,3%)

Addiction au casinoSOMMAIRE

Comment naît l’addiction aux jeux d’argent ?
Comment éviter la dépendance ?
Les symptômes
Les prises de risque
Jeu compulsif et dépendance – Aide aux joueurs

Comment naît l’addiction aux jeux d’argent ?

Tout commence au niveau du cerveau humain. Le jeu active les neurotransmetteurs du plaisir comme la dopamine, exactement comme le ferait une drogue telle la cocaïne. Il éveille un mécanisme primaire du cerveau, à savoir le circuit de la récompense.

Des expériences, notamment sur des singes, ont montré que ce circuit peut être activé avant même la récompense pour autant que celle-ci soit anticipée. Dans un casino, la sonnerie d’une machine à sous gagnante, les lumières qui clignotent, le luxe du cadre et une ambiance concourent à produire cet effet.

Le circuit est activé plus intensément dès lors qu’advient la récompense inattendue. Il peut s’agit par exemple d’un gain important et soudain au Loto, après des mois à jouer sans vraiment avoir un grand espoir.

L’espacement des récompenses escomptées compte également beaucoup. Au Loto, les tirages sont suffisamment espacés pour que le niveau de dopamine soit retombé entre deux, à la différence d’une machine à sous où les tirages s’enchaînent. Le gain n’en est alors que plus attendu, et son arrivée plus jubilatoire au moment où la sonnerie retentit et les lumières changent de couleur. Il est alors plus difficile de s’arrêter : « la prochaine mise sera la bonne ».

Les machines à sous sont ainsi particulièrement favorables à la dépendance. La très grande simplicité de leur principe et le caractère très répétitif du jeu qui ne met aucune compétence particulière du joueur en valeur ont tendance à « hypnotiser » les personnes fragiles. Les lignes quasi-complètes de symboles reviennent régulièrement et donnent espoir car « il s’en serait fallu de peu… »

Plus généralement, les jeux où seul le hasard compte (slots, roulette, Loto…) peuvent plus facilement faire tomber dans la dépendance que d’autres requérant réflexion et habileté (poker, paris hippiques, blackjack…).

Cerveau humain

Comment éviter la dépendance ?

La réponse tient en peu de mots :

  • Définissez-vous un budget maximum à jouer avant de vous engager sur des sites : par exemple, 50€ par mois. Les sites légaux en France vous demandent de les paramétrer lors de vos inscription, et vous pouvez les modifier ensuite. Vous devez pouvoir vous permettre de perdre cet argent sans compromettre d’autres activités ou vos fins de mois.
  • Fixez vous des limites de temps de jeu. Avant chaque session, donnez vous un laps de temps et tenez vous-y. Evitez à tout prix de le prolonger sous prétexte que vous allez vous refaire, ou au contraire parce que vous estimez que vous pourriez gagner plus encore. N’oubliez pas non plus de vous accorder des pauses.

Etre dans de bonnes dispositions pour jouer reste également très important, notamment pour la pratique du poker : vous en saurez plus en lisant notre article sur la préparation au jeu.

Ces seuls principes ne sauraient toutefois suffire et il en va en grande partie de la volonté et de la responsabilité de chaque joueur. Il n’existe pas de « recette » pour être certain de ne pas tomber dans l’addiction, simplement des bonnes pratiques et une certaine discipline. Si l’on n’est pas certain de s’y tenir, ou dans une période de fragilité, il est peut-être plus sage d’éviter de jouer, tout simplement.

Les symptômes

La dépendance aux jeux d’argent est comparable à une dépendance physique à l’égard d’une drogue: le joueur ne peut s’empêcher de miser, de consommer du jeu, et ce de façon croissante. Si vous avez une sensation de manque, vous connaissez le symptôme du joueur compulsif et vous n’êtes pas à l’abri de cette dépendance.

Même l’expérience et la sagesse ne vous protégeront pas obligatoirement, les seniors étant une population à risque selon cet article de SeniorActu.

Voici quelques symptômes qui, combinés ensemble ou ressentis intensément, mettent en évidence un risque d’addiction aux jeux d’argent :

  • préoccupation quasi-permanente du jeu : les parties passées occupent sans cesse la pensée, souci excessif des parties à venir…
  • besoin d’augmenter sans cesse ses mises pour ressentir toujours plus d’adrénaline
  • résolutions de jouer moins d’argent ou moins souvent non tenues
  • jeu pour fuir des difficultés au travail ou personnelles
  • besoin de compenser des pertes financières liées au jeu
  • demandes de prêt d’argent à autrui pour jouer
  • mensonges sur la fréquence de jeu et les sommes engagées aux proches
  • mise en danger de relations affectives et de la situation professionnelle à cause du jeu

Les prises de risque

La prise de risque fait partie du jeu, mais il faut toujours maîtriser son enjeu relatif. Il y a plusieurs niveaux de risque :

  • Le jeu d’argent à risque faible qui est pratiqué entre amis, famille et collègues de travail. Le but recherché est l’amusement, le frisson de la victoire, le plaisir d’être entre amis.
    Il n’y a pas de recherche de profits, cela se traduit souvent par des mises très faibles de quelques centimes d’euro.
  • Le jeu d’argent à risque important ayant pour ultime but de gagner de l’argent. Cela se pratique souvent sur Internet, dans l’anonymat que les sites peuvent fournir. L’accoutumance peut dériver sur l’emprunt d’argent pour jouer, le jeu pendant les heures de travail, la mise d’argent dépassant la limite initialement fixée, la pratique illégale…
  • Un autre type de risque fort intervient lorsqu’il permet d’oublier le stress, l’isolement ou la dépression, lorsque l’on joue pour se refaire de pertes précédentes, pour impressionner ses amis ou encore pour oublier des évènements tragiques (perte d’un parent etc.)

Jeu compulsif

Jeu compulsif et dépendance – Aide aux joueurs

Le frisson du gain d’un pot, les trois secondes d’attente du résultat de la roulette, le but salvateur à la 89ème minute, la mise du bluffeur espérant que personne ne suit, … le jeu d’argent implique des charges émotionnelles importantes et peuvent vous faire perdre le sens des réalités.

Il suffit de taper « jeu compulsif » ou « dépendance au jeu » sur Google pour mesurer l’ampleur du phénomène.

Voici les coordonnées d’associations pouvant aider vous ou vos proches face à la dépendance, il suffit de décrocher son téléphone ou d’envoyer un mail :

France

S.O.S. JOUEURS
Association loi 1901, sans but lucratif, S.O.S. JOUEURS a été créée en 1990.
Centre de traitement et de prévention du jeu pathologique.
Association d’aide au joueur et à sa famille
9 rue du Jura
75013 Paris
Tél. : 01.47.07.07.80
http://www.sosjoueurs.org/
E-mail : courrier@sosjoueurs.org

Canada (Québec) :

CAFAT
Centre de traitement de la codépendance et des multiples dépendances
1772, boulevard des Laurentides
Vimont Laval (Québec)
H7M 2P6
Tél. : (450) 669-9669
Fax : (450) 669-8199
http://www.cafat.qc.ca/index.htm
E-mail : info@cafat.qc.ca

Suisse :

SANTÉ BERNOISE
Eigerstrasse 80
case postale
3000 Berne 23
Tél. : 031 370 70 70
Fax : 031 370 70 71
Permanences téléphoniques :
du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h
Les consultations peuvent avoir lieu dans un des 4 centres régionaux ou dans l’une des 16 antennes proches de chez vous
http://www.beges.ch/fr/index.shtml
E-mail : bern@beges.ch

RIEN NE VA PLUS
Centre de Prévention du Jeu Excessif
Carrefour-Prévention
5, rue Henri Christiné
Case Postale 567
1211 Genève 4
Tél : +41.22.329.11.70
Fax : +41.22.329.11.27
Permanences téléphoniques :
Lundi de 14h à 18h
Jeudi de 11 h à 16h
Vendredi de 11 h à 16h
Consultations gratuites et anonymes
http://www.riennevaplus.org/
E-mail : riennevaplus@iprolink.ch