Kelbet » Blog » Idées reçues et clichés au poker

Idées reçues et clichés au poker

3/5 - 18 votes

breve de comptoirLe poker est une scène ouverte où un grand nombre de personnes se côtoient et discutent forcément  de sujets inhérents à leur passion. Le résultat est à l’image des brèves de comptoir : des fausses vérités que les moins concernés prendront pour comptant. C’est pourquoi, nous avons voulu recenser une partie de ces idées reçues au poker pour bien se rendre compte de leur niveau et surtout s’il fallait y croire ou pas. Voici donc les clichés les plus courants sur le petit monde du poker.

Paire d’as en main : victoire assurée : FAUX

Si bien souvent une paire d’As tient le choc contre un adversaire, le constat ne vaut pas du tout la même chose lorsque plusieurs personnes voient le flop. Par exemple, AA contre KK contre QQ : La paire d’As a 68% de chance de gagner alors qu’elle en a 81% quand elle affronte une seule paire. Par conséquent, le fait de jouer petit pour ne pas se faire débusquer est aussi une erreur entendue régulièrement à ne pas commettre pour ne pas entendre : « Je me suis fais casser les As », une réplique qui tient là toute sa quintessence.

Le poker est un jeu de psychologie : VRAI

Assurément il l’est. Il doit cependant s’accompagner d’une bonne connaissance des statistiques et probabilités. L’aspect psychologique dans certaines situations viendra terminer l’analyse de l’adversaire et poussera le joueur à ne plus jouer les cartes, mais plutôt se concentrer sur l’humain en comparant sa façon de jouer et la taille de ses mises.

Etre donneur est forcément la meilleure position : FAUX

Jouer depuis une position tardive est effectivement un atout car vous avez une visibilité plus large. La plupart des joueurs, hormis les blindes, ont déjà joué. Elle n’en assure pas pour autant la victoire à chaque main car cette place est surtout réputée pour être le meilleur spot pour voler ces blindes.

Les règles du jeu sont compliquées : FAUX

Et bien non. Il y a même un proverbe qui dit qu’il faut 5 minutes pour les apprendre et toute une vie pour en comprendre toutes les subtilités.

Une part de chance irréductible : FAUX

Comme pour l’aspect psychologique, la chance fait partie du jeu, mais le poker est un jeu de skill avant d’être un jeu de hasard. Certains pays ont même déclaré le poker comme tel (le Brésil et la Hollande par exemple). La chance est donc minoritaire par rapport à la technique.

Il faut absolument être le chipleader : FAUX

Évidemment cela est important d’avoir des jetons devant soi. Le jeu est plus aisé car on ne peut pas se faire éliminer puisque l’on couvre tout le monde. C’est aussi un piège car le joueur est moins concentré et va avoir tendance à jouer plus que de raison. La fable du lièvre et de la tortue convient parfaitement pour illustrer cette idée. Partir vite c’est bien, mais terminer premier, c’est mieux !

Cote >50% => je fonce : FAUX

Qu’est ce qu’une cote au poker d’abord ? 50% c’est bien, cela veut dire que vous jouez un coin flip. Pour cela, il faut d’abord être convaincu que vous jouez un pile ou face. Votre technique vous le permettra (AK contre 88 par exemple). Maintenant, comme tout 50/50, vous avez 1 chance sur 2. Lorsque vous avez une main forte et que vous dominez votre adversaire en terme de jetons, oui, il faut foncer. Pour le reste, posez vous les bonnes questions. Est-ce bien le moment ?

Cote : outs X 2 + 2 : VRAI

A quelques choses près, oui. Mais si vous êtes capable de calculer, vous pourrez appliquer cette simple méthode :

Au flop : [(Nombre d’outs x 3)+8]/100

Au turn : [(Nombre d’outs x 2)+2]/100

 

Les femmes sont moins bonnes que les hommes : FAUX

Ce sont bien les hommes qui peuvent colporter ce genre d’aberration. Vu qu’elles sont minoritaires, c’est normal de les voir plus rarement en table finale. Pourtant, si on se réfère au GPI, on peut constater qu’elles sont plusieurs à dépasser les 2 millions de dollars en carrière. Vanessa Selbst en est même arrivée à 7 millions.

Le poker en ligne n’est pas fiable : FAUX

Tout produit informatique ne peut pas certifier être fiable à 100%. Regardez ce qui se passe un peu partout. Il n’empêche que le poker en ligne doit faire face à des contrôles réguliers par l’ARJEL qui a imposé des contraintes à tous les opérateurs français pour pouvoir posséder une licence. Aujourd’hui, il est plus fiable de jouer que d’acheter sur un site e-commerce.

La chance finit toujours par tourner : VRAI

Et bien oui. Un célèbre joueur de poker nommé Bruel avait évoqué le concept de cycles. Le rythme de malchance évolue. Pour certains, il est long pour d’autres il est court, mais au final, il devient linéaire sur le long terme. On a tendance à se souvenir des mauvais coups plutôt que les bons. Alors quand pendant un moment vous n’avez pas eu de chance, il est vrai que la période qui suit peut être plus radieuse avec des probabilités qui se vérifient en vous apportant les cartes qu’il faut.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Share Button
Affreux-loup

Auteur:

Laisser un commentaire