L’ANJ veut s’attaquer aux sponsorings pour les paris sportifs

Les publicités pour les sites de paris sportifs sont nombreuses en France. Et l'ANJ a bien l'intention de les réduire, ou du moins, de les empêcher de cibler les personnes mineures. L'autorité en charge de la régulation des paris sportifs s'apprête à prendre des mesures importantes.

Les publicités avec les sportifs de plus en plus présentes

Ce n'est désormais plus une surprise de voir des publicités pour les sites de paris sportifs. Winamax, Unibet ou encore ZEbet sont souvent au centre des attentions lors des grands événements sportifs. Ils ne manquent pas de mettre en place des publicités, pour attirer un maximum de nouveaux joueurs sur leur bookmaker.

Et désormais, il y a une nouvelle tendance. Ces opérateurs parviennent à attirer de grands sportifs, pour rendre encore plus visible leur marque. Une situation qui agace sérieusement l'ANJ. Les instances qui sont en charge de réguler les paris sportifs ont conscience que de nombreux mineurs prennent pour modèle ces sportifs qui en font la publicité.

Ils sont donc certains que cela pourrait les inciter à se lancer très vite dans l'univers des paris sportifs. Pour ne pas voir ce phénomène se produire, l'ANJ ne compte pas faire les choses à moitié, d'après les informations de L'Équipe. Elle va réguler l'utilisation des sportifs, en mesurant leur impact auprès des mineurs (13-17 ans) sur les réseaux sociaux. Lorsqu'ils sont suivis par plus de 16% de personnes de cette tranche d'âge, ils ne pourront pas collaborer avec les sites de paris sportifs.

Des mesures qui ne font pas l'unanimité

C'est toutefois une information qui n'enchante guère les bookmakers, et notamment ceux qui sont déjà en contrat avec des sportifs très connus. Pour le quotidien tricolore, Isabelle Djiar, déléguée générale de l'Association française des jeux en ligne, s'est montrée très inquiète : “Quand un opérateur signe un partenariat, c'est sur la durée. Comment faire si une personnalité dépasse les 16 % au bout de quelques mois de contrat par exemple ?”

En effet, imaginons qu'un opérateur a prévu de collaborer avec l'un des sportifs les plus suivis lors des deux prochaines années. Difficile d'imaginer le bookmaker pouvoir mettre fin au contrat. Pourtant, il n'aura pas réellement le choix, puisque les sanctions peuvent être très importantes. Elles peuvent aller jusqu'à une amputation de 5% du chiffre d'affaires !

Autre point à noter. Les sportifs seront interdits d'inciter les gens à parier, en pronostiquant le vainqueur de l'une des compétitions de leur discipline. Des mesures qui risquent donc de faire jaser au sein des sites de paris sportifs !

Steeven Occhipinti
163 articles
Football, tennis, basket, rugby… Depuis son plus jeune âge, Steeven ne rate pas une miette des plus grands événements sportifs. À défaut d’être devenu footballeur professionnel, il s’est pris de passion pour les paris sportifs. Les bookmakers n’ont plus de secrets pour lui. Désormais sa mission ? Tout faire pour vous aider à choisir le meilleur site et augmenter vos chances de remporter le jackpot !