Kelbet » Stratégies gagnantes au turf » Le système de handicaps dans les courses hippiques

Le système de handicaps dans les courses hippiques

4/5 - 5 votes

Le handicap est un système de pénalisation qui vise à « donner leur chance » à tous les chevaux partants. Principalement présent dans les courses de plat où il se fait au poids, il existe également sous d’autres formes : recul, corde, etc.

I. A quoi servent les handicaps ?

Le handicap permet d’obtenir la course la plus serrée possible en donnant aux meilleurs chevaux un poids supplémentaire à porter. En bref, le handicap rééquilibre les probabilités de victoire de chaque cheval.

Sans ce système, les courses hippiques seraient presque « jouées d’avance » et les paris n’auraient que peu d’intérêt.

II. Les différentes formes de handicap

1. Les poids dans les courses de plat et d’obstacles

Dans les courses de plat (= galop sans obstacle) et d’obstacles, le handicap se fait au poids. Il est établi par le handicapeur de l’hippodrome pour chaque course. Celui-ci prend en compte  les résultats passés des chevaux, l’expérience de leur jockey, leur âge, leur sexe, etc.

L’identité de l’handicapeur est essentielle dans les courses d’obstacles : les consignes réglant l’ajout de poids (entre 50 et 62 kg) lui laissent en effet une grande marge de manœuvre si bien que le handicap se fait au bon vouloir de l’handicapeur.

2. Le recul dans les courses de trot

Au trot, le handicap prend la forme d’un allongement de la distance à parcourir. Les meilleurs chevaux doivent « rendre » 25, 50, parfois 75 mètres supplémentaires.  Pour cela, ils sont répartis en plusieurs lignes.

3. La corde : un handicap qui ne dit pas son nom

Dans toutes les disciplines, la position des chevaux au départ influe sur la distance qu’ils doivent parcourir dans les virages : ceux qui sont « à la corde » (c’est-à-dire placés à l’intérieur de la piste, la corde délimitant l’intérieur de la piste) sont avantagés par rapport à ceux qui sont à l’extérieur.

Officiellement, la corde ne fait pas partie des handicaps car elle les numéros de couloir ne sont pas déterminés en fonction du palmarès des chevaux, mais par tirage au sort. Toutefois, comme le poids et le recul, la corde contribue à rendre le résultat de la course plus aléatoire.

Lorsque qu’on dit que la corde est à droite, cela signifie que le sens de l’hippodrome est celui des aiguilles d’une montre. Certains hippodromes ont une corde à gauche (sachez qu’ils sont susceptibles de déstabiliser les chevaux habitués à concourir avec une corde à droite).

Le saviez-vous ?
En plat, le poids moyen d’un jockey spécialisé dans les courses de plat est de 52 kg, celui des courses d’obstacles de 61 kg.

Voir également :

Les stratégies de pari hippique

Que prendre en compte pour placer son pari hippique ?

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Share Button
Camille Carre

Auteur:

3 réflexions au sujet de « Le système de handicaps dans les courses hippiques »

  1. mohammed dit :

    avant tout je vous remercie sur ces appréciations, mais je voudrais savoir qu’elle est la relation entre les surcharge des chauveaux et la référence de la course

  2. Stephanie dit :

    Bonjour,

    La référence de la course sert notamment à déterminer le poids porté par les chevaux. En effet, le poids porté par le cheval s’obtient en additionnant la valeur attribuée par le handicapeur à la référence de la course.

    Ainsi, si la valeur du handicap officiel du cheval est de 34 et que la référence de la course est de + 20, le cheval devra porter 54 kg (34+20)

    J’espère avoir répondu à votre question,

  3. ahmed dit :

    bnjour stephanie
    votre reponse n’est pas tres convaincante,il serait tres interressant de dire comment calcul t’on une reference?
    pour obtenir dans une course +20 ET dans UNE autre +23 par exemple et MERCI

Laisser un commentaire