LES JEUX D'ARGENT ET DE HASARD PEUVENT ÊTRE DANGEREUX : PERTES D'ARGENT, CONFLITS FAMILIAUX, ADDICTION.
18+ | Jeu responsable! | Termes et conditions applicables | Contenu commercial

Premier League : la fin des logos des bookmakers sur les maillots

Les clubs de Premier League ont décidé d’interdire que les logos des bookmakers soient visibles le devant des maillots.

C’est une petite révolution dans le monde du foot anglais : à partir de la saisons 2026-2027, les logos des bookmakers disparaîtront des maillots de Premier League. Du moins de la face avant.

A l’heure actuelle, 8 des 20 clubs de première division font la promotion d’un site de jeu d’argent sur l’enfroit de leur maillot : Newcastle (Fun88), West Ham (Betway), Everton (Stake.com), Bournemouth (Dafabet), Brentford (Hollywood Bets), Fulham (W88), Leeds (12Red), Southampton (Sportsbet.io).

La Premier League est devenue le premier championnat professionnel à restreindre la publicité autour des jeux d’argent. Cette mesure n’affecte que l’élite. L’EFL est toujours soutenue par Skybet.

Ce grand pas en avant est le fruit de longue négociation entre les clubs. Le compromis laisse entendre qu’il sera possible d’afficher les logos des sites de paris sur les manches des maillots, ou sur les panneaux publicitaires qui bordent le terrain.

Des réactions mitigées en Angleterre

Cette mesure a été accueillie de manière dubitative par James Grimes, le fondateur de la campagne The Big Step, qui combat la consanguinité entre le monde du foot et du pari sportif.

Il reconnaît que c’est une avancée majeure dans le sport britannique :

« Même si le résultat n’est pas parfait, c’est un grand pas en avant, une reconnaissance des dangers que représentent la publicité sur les bookmakers. Il n’y a aucune pub qui ne soit plus vue au monde que celles qui sont sur les maillots de Premier League, qui sont portés par des milliards de personnes dans le monde ».

Toutefois, il pointe une certaine hypocrisie de la part des signataires de l’accord :

« Déplacer les logos sur un autre partie du maillot et autoriser la pub sur les bords du terrain est totalement incohérent (…). Le gouvernement et le monde du sport doivent prendre conscience que type de pub représente in danger, qu’elle est impopulaire, mauvaise et qu’elle doit disparaitre du football. Retarder l’échéance revient à mettre la santé et la vie d’une nouvelle génération de fans en danger. »

Tony Bloom, le propriétaire de Brighton qui a fait fortune dans les jeux d’argent en ligne, juge que cette décision était la bonne. Et ce malgré les nombreuses critiques.

Une manne financière à remplacer

Pourquoi les sociétés de paris sportifs sont aussi présentes sur le devant des maillots de foot ? Parce qu’elles paient bien.

Le contrat entre Newcastle et Fun888 s’élevait à 6,5 millions de livres par an. Everton avait un contrat à 10 millions de livre par an avec le casino en ligne Stake.com.

La réalité du marché est que, pour les équipes de milieu/bas de tableau, les sociétés de paris offrent le double de ce que proposent les autres sponsors.

Les clubs vont devoir remplacer cette manne financière pour continuer à être compétitif. Au vu des sommes qui circulent, ce ne sera pas simple.

Julien Zerilli
297 articles
Rédacteur spécialisé sport & paris sportifs depuis 2012, Julien adore lire les Conditions Générales des bookmakers. Il supporte le Stade Brestois 29 et son joueur préféré, c’est Franck Lérand.