18+ | Jeu responsable! | Termes et conditions applicables | Contenu commercial

Les cotes au turf : comment les lire ? À quoi correspondent-elles ?

Comprendre le système des cotes au turf est primordial pour bien évaluer la valeur des différents chevaux et de vos paris : cet article vise à expliquer leur fonctionnement.

OpérateurBonus de bienvenueDécouvrir le site
PMU
premier pari pmu
jusqu'à 100€ offerts
 
Zeturf
jusqu'à 250€ offerts
Genybet
code promo genybet
jusqu'à 200€ offerts
Unibet
unibet premier pari
20€ remboursés sur le 1er pari

La cote au turf : comment est-elle donnée ?

Au turf, la cote d’un cheval permet de déterminer les chances qu’il a par rapport aux autres de remporter la course.
Elle est représentée sous la forme d’un nombre. Plus il est proche de 1, plus le cheval est favori. À l’inverse, plus il est grand, moins le cheval a de chance de gagner.

Comment les cotes varient-elles ?

À la différence des paris sportifs, les cotes ne sont pas fixées par le site. Elles dépendent de la masse d’enjeux placés par les joueurs sur le cheval.
Ce sont donc les parieurs qui font varier les cotes. On dit qu’elles sont « mutualisées ». Plus il y a de joueurs à miser sur un cheval, plus la cote va baisser. Et inversement.
Dans certains cas, les chevaux de la même écurie font « cote commune ». Les mises sont placées sur l’écurie et non sur le cheval. Cela évite que les joueurs fassent les frais de certaines tactiques consistant à favoriser un cheval au détriment d’un autre.
Autre paramètre qui influe sur la cote : le taux de retour. Le bookmaker se rémunère sur le volume des enjeux placés sur une course en prenant un pourcentage. Le pourcentage restant est appelé le taux de retour aux joueurs.

La cote d’un cheval se calcule donc selon la formule suivante :

Cote = (somme des mises placées sur tous les autres chevaux de la course / somme des mises placées sur ce cheval) x TRJ

Cotes fractionnelles

Dans les émissions consacrées au turf ou dans les journaux spécialisés, les cotes peuvent être présentées sous une forme fractionnelle.
Par exemple : 3/1 (3 contre 1). Cela veut dire que pour 1€ misés sur ce cheval, 3€ ont été placés sur l’ensemble des autres partants.

Cotes et rapport : faire la différence

Certains sites comme Unibet utilisent les cotes pour départager les favoris, mais d’autres comme PMU utilisent le rapport.
Le rapport et la cote entretiennent la relation suivante :
Rapport = Cote + 1
En tant que joueur, peu importe que l’on vous présente la cote ou le rapport : aucune des deux valeurs ne vous permettra de calculer votre espérance de gain avant le début de la course. Elles vous serviront uniquement à avoir un ordre d’idée des favoris.

À quoi servent les cotes au turf ?

Malheureusement, à part avoir une idée de qui est favori selon les parieurs, les cotes ne vous serviront pas à grand-chose.
En voici les raisons 2 principales :

  • Elles évoluent jusqu’au moment du départ. Ainsi, vous ne pourrez pas calculer la somme que vous allez empocher sur un Simple Placé avant que la course ne soit lancée.
  • Les rapports des paris (hors Simple) ne peuvent pas être calculés par le joueur. Seul le bookmaker a le secret des formules. De plus, le rapport dépend du volume des enjeux placé sur le pari que vous avez engagé.

Comment calculer ses gains en simple grâce aux cotes ?

La cote d’un cheval permet de déterminer votre gain en Simple Gagnant.

Voici la liste des partants d’une course sur Unibet :
cotes turf unibet

La cote du n°2 Itacare est à 7,2. Si vous misez sur ce cheval et que la cote reste inchangée d’ici au départ de la course, vous remporterez 7,2€ pour 1€.
Indian Song (n°7) est coté à 5,2. Vous gagnerez donc 5,2€ pour 1€ placé en Simple Gagnant s’il remporte la course.

Par contre, si vous pariez dans une autre formule que le Simple Gagnant, vous devrez attendre l’arrivée de la course pour découvrir les rapports.

Voici les rapports offerts par Unibet pour une course achevée :

Calcul de la cote par l’opérateur

La cote d’un cheval dépend du volume des paris : plus les parieurs sont nombreux à miser sur un même cheval, plus sa côte « baisse » (les favoris d’une course ont donc de petites cotes). Calculée par l’opérateur à un instant t, elle lui sert à savoir combien il devra verser à chaque parieur. Elle guide également le parieur dans ses choix puisqu’elle lui permet d’estimer ses gains potentiels.

Mathématiquement, la cote d’un cheval donné est le rapport entre  l’ensemble des mises et les mises sur ce cheval.

Cote (ou « rapport ») = enjeux sur tous les autres chevaux /enjeux sur le cheval concerné

Les cotes au Turf peuvent donc changer jusqu’au début de la course, en fonction des mises placées. Sur le site PMU.fr, elles sont donc indiquées dans la colonne « rapports probables » en fonction de l’heure, ce qui permet de voir leur évolution dans le temps :

cotes turf sur PMU.fr

Exemple :

Prenons l’exemple simple d’une course à 3 chevaux.
Bilan des paris à un instant t : les parieurs ont misé 10 euros sur le cheval n°1, 20 euros sur le n°2 et 10 euros sur le cheval n°3.

Cote du cheval n° 1 = (10+20)/10 = 3/1 :
pour 1 euro misé, le parieur recevra 3 euros (et il récupérera sa mise de 1 euro)

Cote du cheval n°2 = (10+10)/20 = 1 :
pour 1 euro misé, le parieur recevra 1 euro (et il récupérera sa mise de 1 euro)

Cote du cheval n°3 = (10+20)/10 = 3/1

Comme vous pouvez le constater, les chevaux les plus joués sont ceux qui ont les plus petites cotes.

Remarque : En réalité, les cotes seraient légèrement plus faibles car le bookmaker prélève une commission sur les mises. Pour exemple, le PMU prélève environ 20% des mises des paris Simple. Il faut donc affecter le total des enjeux sur les autres chevaux d’un coefficient 0.8.

Connaître les favoris

Nous avons vu que la cote indiquait l’état des mises des parieurs : c’est donc une sorte de bilan chiffré de la confiance collective des parieurs dans chaque cheval.

Cette confiance n’est pas sans fondement puisque pour parier chacun prend en compte :

  • ce qu’il sait du potentiel technique des chevaux et des jockey,
  • les témoignages des entraineurs sur la forme des chevaux,
  • l’historique des courses,
  • les handicaps annoncés
  • etc.

Utiliser les cotes pour parier

Course hippique 2Pour le turfiste, tout le sel du pari hippique consiste à faire un pronostic plus juste que celui de la majorité des joueurs (qui se reflète dans la cote). C’est le cas quelque soit l’opérateur, l’offre PMU ou les autres comme genybet.fr et tout autre site de turf français avec licence.
Des techniques, comme par exemple le calcul de la cote théorique, permettent de détecter les plus gros écarts entre ce qui est annoncé par les cotes et l’issue effective de la course.

Jusqu’ici nous n’avons parlé que des cotes calculées par les bookmakers pour déterminer ce qui est dû à chaque parieur. Toutefois, il est également possible de calculer ce qu’on appelle une « cote théorique » qui résume la « valeur absolue » du cheval.

La meilleure cote théorique est celle que l’on obtient  en se basant sur la carrière du cheval :

Cote théorique = Nombre de courses / Nombre de victoire

Pour connaître une manière plus précise de calculer la cote théorique, lisez notre article « Utiliser le palmarès d’un cheval pour améliorer ses gains ».

Autres articles récents :
ParionsWeb, la version en ligne de la Française des Jeux
– La cote au poker : calculer sa cote en fonction de sa main et du flop