L’essentiel au pari mutuel est de trouver les chevaux qui feront le podium, mais surtout de repérer ceux qui créeront la surprise. Au-delà de l’instinct, comment les meilleurs turfistes gagnent-ils au tiercé ? Avant de décider la stratégie de pari au turf à adopter, le tout est de faire sa propre analyse en partant des cotes. 

Paris hippiques

Comparer la cote à son analyse personnelle

La cote hippique est le 1er élément à prendre en compte pour parier, quelque soit votre opérateur : offre PMU, Genybet.fr, etc. Reflet de la confiance collective, la cote repose néanmoins sur des fondements objectifs :

  • palmarès des chevaux et des jockeys engagés dans la compétition,
  • déclarations des entraîneurs sur l’état de forme de leurs chevaux,
  • pronostics des différents média hippiques,
  • etc.

Toutefois, la cote est seulement indicative. L’essence même du pari est de jouer sur la différence entre son pronostic personnel et la cote du cheval (qui donne le pronostic collectif). Il faut donc faire votre propre analyse de la course en faisant le point sur les chances de tous les chevaux au départ.

Comment faire sa propre analyse de la course ?

Pour analyser une course, il faut connaître les facteurs objectifs de la victoire d’un jockey et de son cheval.
Tout d’abord, une petite vidéo introductive proposée par PMU pour choisir son cheval :

Critères liés au physique du cheval

  • Age : Un cheval est au meilleur de sa forme entre 3 et 5 ans (mais n’est qu’une tendance générale, il y a des exceptions, on a déjà vu de très bons chevaux de 7 ans). Les chevaux les plus jeunes sont meilleurs sur les courses courtes, les plus vieux sur les courses de fond.
  • Morphologie : Les chevaux massifs sont généralement des sprinters (courses courtes) du fait de leur grand puissance musculaire, et les chevaux élancés, des stayers (courses de fond).
  • « Visuel » : Sachez que sur une course de trot, un cheval qui ressemble à un char d’assaut  (œillères, bouchons, etc.) est susceptible de partir à la faute (c’est un cheval nerveux d’où les bouchons, et impatient d’où les œillères). Le fait qu’il soit déferré ou non (surtout pour les grosses courses) : un cheval déferré est un cheval plus léger et donc plus rapide (mais plus susceptible de partir à la faute également).
  •  Etat de forme du moment : L’entraîneur est le professionnel qui connaît le mieux la forme des chevaux : s’il fait des déclarations à ce sujet, il pourrait être pertinent de les prendre en compte.

 

Image Critères physiques - Copie

Performances passées du cheval

  • Palmarès  : Le palmarès d’un cheval vous permet de connaître les tendances longues de ses performances. Au turf, il fait l’objet d’une codification spécifique, appelée musique. Plus d’infos sur la manière de lire et d’utiliser la musique ici.
  • Historique des courses : Les plus fins connaisseurs peuvent prendre en compte l’historique des courses : les circonstances dans lesquelles tel cheval a tendance à partir à la faute, les chevaux qu’une corde à gauche gêne, etc.

Image Critère palmarès

Critères liés à la course

  • Handicap et recul : Pour les courses de plat, le handicap n’est pas à négliger. Pour les courses de trot, prenez en compte le recul (pour plus d’infos sur le recul.
  • Position au départ (la corde) : Les positions de départ des chevaux sont tirées au hasard. Les chevaux qui ont des petits chiffres sont avantagés par rapport aux autres car ils ont une distance plus faible à parcourir dans les virages (on dit qu’ils sont « à la corde »).

Image Critère course

Perfectionner son analyse

En plus des chevaux, il est utile de repérer les bons jockeys. Plusieurs critères vous aideront :

  • « Motivation » : Course de qualification (cheval « en retard de gain ») ou dernière course avant d’être revendu (expression) ?
  • Palmarès 
  • Historique : Certains jockeys sont connus pour rentrer à 10/1 et plus par exemple, miser sur eux si leur cheval a une petite cote peut donc valoir le coup…
  • Motivation à gagner la course (pour le jockey) :
    • Rémunération symbolique : si un jockey joue le titre de « meilleur jockey de France » ou de « cravache d’or », il est susceptible de mettre tous les avantages de son côté pour remporter la course
    • Rémunération financière

Une analyse hippique fine nécessite de savoir bien pondérer les différentes variables listées ci-dessus. Ainsi, quand un parieur privilégiera les tendances longues des performances d’un cheval ou d’un jockey, l’autre accordera plus de poids aux résultats de la dernière saison.

Sur le même thème :Placer ses paris hippiques sur internet est avantageux par rapport aux points de vente PMU – Les paris hippiques pour les débutantsCode promotionnel Genybet

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non

Share Button